Douleur vulvaire. L’auto-massage pour soigner la vulvodynie et la vestibulite.

Le blog d'un sexologue

Douleur vulvaire. L’auto-massage pour soigner la vulvodynie et la vestibulite.

comment soigner la douleur vulvaire au vagin

La douleur vulvaire est très handicapante. Comme toute douleur au vagin.

Qu’il s’agisse d’une vulvodynie ou d’une vestibulite. Nous avons vu que plusieurs phénomènes se rajoutaient les uns sur les autres. Et que cela rendait difficile le diagnostic et un traitement simple.

  • Une cause de la douleur vulvaire est le dérèglement du système de la douleur.
  • Une autre est la « mémoire de la souffrance ». Le fait qu’en cas de douleur vulvaire chronique, le cerveau à enregistré trop d’informations. Il a « appris » à avoir mal comme on apprend une langue étrangère.
  • Enfin, le stress, la souffrance et l’appréhension amène souvent une tension des muscles du périnée.

Pour ne plus avoir mal il faut apprendre à détendre les muscles.

D’apporter des sensations neutres ou plaisantes au cerveau. Comme cela petit à petit il n’associe plus vulve et douleur.

douleur vulvaire que faire

Remarque:

Si vous êtes arrivée sur le site par cette page, je vous conseille de commencer par lire la page qui explique ce qu’est la vulvite.

Vous soignerez plus vite votre douleur vulvaire grâce à ça.

Le massage est une très bonne technique pour cela.

Si vous aviez des tensions dans le dos vous iriez voir un kiné. Et il vous masserait et détendrait les muscles. Il faut faire de même pour soigner la vulvodynie. Un massage vaginal.

Il y a deux solutions:

  • Aller voir un professionnel pour qu’il masse le vagin et la vulve. Dans ce cas il faut s’assurer d’avoir affaire à un kiné spécialisé en douleur vulvaire. C’est un travail spécial qui n’est pas appris dans leur formation.
  • Faire des auto-massages pour détendre soi-même le périnée. Et masser la vulve.
  • Même si vous voyez un kiné il est bon de masser aussi vous même. Soigner la douleur vulvaire est alors plus rapide.

Comment faire les auto-massages pour soigner la vulvodynie

Règle de base : Cela ne doit jamais faire mal.

Si en vous massant vous provoquez une douleur vulvaire, elles va entretenir la vulvodynie. Il faut donc y aller en douceur et de ne jamais forcer.

Si certains jours c’est plus difficile que la veille. Respectez cela. C’est comme ça que vous avancerez.

Autre chose importante: Utilisez toujours un peu d’huile pour le massage vaginal. L’huile au calendula ou d’amande douce est très bien.

La marque WELEDA fait une huile bio pour le massage du périnée. Elle se trouve en pharmacie.

Installez-vous bien, à un moment où vous êtes certaine de ne pas être dérangée.

1-Commencez par masser doucement le dehors de la vulve

comment soulager la douleur vulvaire après rapport sexuel
  • Pour soigner la douleur vulvaire massez chaque côté des grandes lèvres.
  • Faites des petits cercles. Appuyez doucement sur le muscle, à travers la peau.
  • Commencez au point le plus éloigné de la douleur. Puis en vous rapprochant doucement.
  • Un côté de la vulve puis l’autre.
  • Arrêtez-vous si ça commence à faire mal.
  • Dans tous les cas, ne le faites pas plus de deux-trois minutes.

2-Ensuite massez l’intérieur du vagin

  • En partant du point le plus éloigné de la zone  douloureuse.
  • Introduisez doucement une phalange dans votre vulve si ça ne fait pas mal.
  • Massez comme avant. Mais de l’intérieur.
  • Là aussi un côté puis l’autre. Et arrêtez vous en cas de douleur.
  • Pas plus de deux-trois minutes.

Remarque:

Quand cela sera plus facile, enfoncez le doigt pour masser plus en profondeur.

3-Puis faites du massage vaginal en arc de cercle

soulager la douleur vulvaire crème

Si vous rentrez le doigt plus en profondeur, sans douleur. Alors faites un massage vaginal plus appuyé. Le vagin est un tube musculaire. Appuyez sur la paroi et faite un geste en arc de cercle. D’un côté puis de l’autre.

Le massage vaginal va détendre le vagin en lui même. Celui vu avant est plus pour détendre le périnée. Car celui-ci est plus en surface.

4-Une dernière technique est le massage vulvaire.

La vulve est constituée de peau. C’est pour cela que le médecin spécialiste de la vulvodynie et de la vestibulite est le dermatologue. Pas le gynécologue.

Dans la vulvodynie et la vestibulite il y a un dérèglement du système de gestion de la douleur. Si cela est possible. Que votre vestibulodynie n’est pas trop réactive au toucher. Essayez de masser doucement la peau.

Là encore commencez loin du point douloureux. Puis massez de plus en plus près. Le massage vulvaire va apporter des informations neutres au cerveau. L’idée est qu’il n’associe pas toujours vulve et douleur vulvaire.

L’importance de ces informations est expliqué dans l’article sur la cause de la vulvodynie et de la vestibulite.

Mais il faut toujours respecter la douleur. Si masser la vulvodynie fait trop mal arrêtez de suite. Il ne faut pas insister. Au lieu de vous aider à guérir ça ferait le contraire.

Les étirements pour soulager la douleur vulvaire

Si le massage ne fait pas mal, faites alors des étirements doux. Ils sont utile pour soulager la douleur vulvaire.

soulager la douleur vulvaire
  • Comme pour le massage vaginal, faites entrer l’équivalent d’une phalange.
  • Voyez votre vulve comme une horloge. Le clitoris serait à 12H. Et la zone proche de l’anus à 6H.
  • Étirez doucement le muscle à 3H, 6H et 9H.
  • Attention: Nous ne cherchons pas à « allonger » le muscle mais à le détendre. Ne forcez pas.
  • Relâchez très doucement et lentement.
  • Faites ce que vous pouvez. Même si c’est peu. C’est l’accumulation de ces petits gestes qui va guérir votre douleur vulvaire.
vulvodynie vestibulite et vestibulodynie

Laissez ensuite passer 24-48 H.

il se peut que vous ayez la sensation d’être courbaturée le lendemain. Dans ce cas, laissez passer un jour de plus avant de le refaire. Si le massage vaginal ou l’étirement est douloureux, n’insistez pas.

Essayez ensuite de pratiquer les auto-massages et les étirements 5-6 minutes tous les deux ou trois jours.

Vous pouvez, pour plus de facilité, télécharger gratuitement le livret Pdf fait par WELEDA sur la technique du massage du périnée. Il est fait pour les femmes enceintes. Mais la technique est la même pour la douleur vulvaire.

Chaque étape de la méthode est importante. Prenez bien le temps d’intégrer cette technique avant de passer à l’étape suivante.

Si besoin, relisez l’article qui explique le traitement de la vulvodynie.

Le massage vaginal est important. Mais pour guérir, il faut l’associer à d’autres traitements pour soigner la vulvodynie.

Plus d’articles sur la vulvodynie

2 réponses

  1. Bruna dit :

    Cet article n’est pas trop mal; mais j’aurais juste quelques points à reprendre: en ce qui concerne les massages de la peau, il s’agit d’assouplir la peau en la malaxant, ainsi que de soigner les cicatrices par le massage (pratique utilisée sur toute sorte de cicatrice). Ce qui est différent de briser le cercle de douleur dans le cerveau. Personnellement, les massages me font mal et pourtant ils éliminent la douleur petit à petit. Pour les autres filles comme moi qui ont déjà bénéficié de ces massages, il est assez clair que la sensation de brûlure sur la peau n’est pas due à un circuit installé qui auto-entretiendrait la douleur, sinon les massages du vagin et de la vulve augmenteraient la douleur: c’est ce que vous semblez dire sur cette page. Or, ce n’est pas le cas : plus on masse les parties douloureuses (j’en fais l’expérience depuis 2 ans), plus les douleurs s’estompent ; parler de « circuit de la douleur » intégré par le cerveau revient presque à ramener la douleur à un dysfonctionnement psychologique ou nerveux. Peut-être cependant qu’il s’agit du type de douleur à l’oeuvre dans le vaginisme et tout ce qui touche aux muscles. En revanche, les douleurs vulvaires et vaginales de la peau, provoquées par des infections récidivantes viennent d’un épaississement de la peau (observable par un simple toucher). Ce n’est donc pas la mémoire de la douleur qui entretient la douleur, c’est bien l’état PHYSIQUE de la texture et de la peau du vagin / de la vulve. Les candidas libèrent par exemple, à leur mort, des substances toxiques qui provoquent la sécheresse et l’épaississement de la peau (et donc la douleur) : c’est ainsi la guérison de l’infection qui provoque la douleur. S’il y a douleur, donc, c’est que la peau n’a pas retrouvé son état normal et PAS que le circuit de douleur du cerveau a enregistré l’information de la douleur. Les muscles, en revanche, ont enregistré que la pénétration était douloureuse, donc ils se contractent. Cependant, de nombreuses filles qui ont suivi des séances de kiné de massage du muscle ont toujours des douleurs, précisément parce que les douleurs sont la cause de la contraction du muscle. D’abord il y a douleur, puis les muscles se contractent (la contraction du muscle est la conséquence des douleurs). Et comment briser le cercle de la douleur (s’il existe), alors que la peau est encore dans un état désastreux? La Xilocaïne (anesthésiant local) ne marche que tant qu’elle est appliquée dans le vagin et sur la vulve. S’il s’agissait simplement de briser le cercle de la douleur, alors il suffirait d’appliquer de la Xilocaïne et de prendre des médicaments anti-douleurs pendant quelques temps pour que le circuit revienne à la normale. Cela ne marche pas dans ce sens, c’est donc que l’hypothèse d’une peau à masser pour l’élastifier, affiner, soigner les cicatrices, est beaucoup plus vraisemblable.
    Vous écrivant tout cela, je m’appuie sur mon expérience personnelle de la vulvodynie et sur tous les témoignages que j’ai pu trouver sur la page facebook « vestibulite vulvaire / vestibulodynie ». Je vous conseille d’aller y jeter un oeil. On trouve beaucoup de filles ayant pratiqué les massages du muscle (kiné) et ne parvenant pas à se débarrasser de leurs douleurs vulvaires. Pour plusieurs d’entre nous, les massages de la peau se présentent comme la solution qui améliore durablement et naturellement nos douleurs, sans que cela n’ait de rapport avec le « circuit de douleur » présumé.
    Quant à l’article sur les causes de la vulvodynie, https://www.sexoblog.fr/femmes/vulvodynie/la-vulvodynie/ , je le trouve un peu psychologisant. Vous dîtes qu’il n’y a que de soupçons, qu’on ne connaît pas la cause de la vulvodynie. Et pourtant 90% des personnes touchées par cette maladie ont fait au moins une infection vaginale, et la plupart sont victimes d’infections vaginales, urinaires, de mycoses à répétition. Ce serait alors les germes qui sont à l’origine de l’état de grande sécheresse de la muqueuse, ainsi qu’à l’origine de l’épaississement de la peau. Le traitement consiste alors avant toute chose à éliminer ces germes. Vous écrivez que la douleur n’est pas dans la tête, et pourtant tout votre développement converge vers une interprétation psychologisante (mémoire de la douleur, apprentissage du cerveau, etc.). La guérison par de simples massages ainsi que grâce à l’hydratation montre que l’hypothèse d’une mémoire de la douleur ne suffit en aucun cas à expliquer la douleur; même si, bien sûr, on ne peut nier qu’il y ait une « mémoire » de la douleur, comme il y a une « mémoire » du plaisir, et plus largement il y a mémoire de tout!
    Merci quand même pour cette page, simplement je me permets de corriger des informations qui pourraient orienter les filles vers des traitements onéreux et inefficaces. Etant moi-même passée par tout cela, et ayant cru à l’auto-entretient de l’inflammation, je sais maintenant que cette théorie (non pas qu’elle soit fausse), n’est pas féconde quant à la possibilité de guérison.

    • Ronan Moal dit :

      Bonjour,
      Je ne vais pas tout reprendre car je vous ai déjà répondu dans le commentaire précédent. J’aurai juste deux petites remarques:
      Si ce n’était qu’un problème de peau. Un traitement simple serait d’enlever la partie de peau malade. La vestibulectomie devrait être efficace dans 100% des cas. Alors comment expliquer les résultats très aléatoires de cette technique ?
      Autre chose, quand je dis que la douleur n’est pas dans la tête c’est une expression pour bien comprendre que la douleur de la vulvodynie à sans doute des causes organiques au sens ou le système nerveux est un organe. Le cerveau est, en effet, bien dans la tête. Mais quand on dit à quelqu’un « c’est dans ta tête », l’expression est souvent péjorative et veut en fait dire « tu n’as rien, tu inventes »…
      Le but de ma phrase est de rassurer des femmes qui pourraient finir pas douter devant la difficulté à guérir.
      Enfin, on retrouve souvent des infections ou des mycoses dans les antécédents des patientes. Mais il est difficile d’en faire directement la cause de la vulvodynie. Déjà parce qu’il est rare de trouver des femmes n’ayant pas eu au moins une infection ou une mycose. ensuite parce la grande majorité des femmes qui a une mycose ou une infection ne développe pas de vulvodynie (et heureusement). Vous voyez que le problème est complexe. vouloir imposer une vision de cette maladie est très hasardeux.
      En vous souhaitant bonne guérison,
      R.Moal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.